Archives par mot-clé : Vivre ensemble

Nous sommes tous Charlie

La France et la République viennent d’être frappées, ce 7 Janvier, par un attentat odieux et barbare. Des familles sont plongées dans le malheur et nous pensons, d’abord, à elles.

Avec cet acte sans nom, ce n’est pas seulement la liberté de pensée et d’écrire qui est touchée en plein cœur, mais c’est toute une Nation que l’on veut faire taire et à qui on veut faire peur.

Les auteurs de ces faits inqualifiables doivent être au plus vite mis hors d’état de nuire. Nous ne cèderons pas à leur chantage.

J’appelle chacune et chacun d’entre nous à exprimer son indignation et à participer aux manifestations qui seront organisées au nom du peuple français qui doit faire bloc et être uni quelles que soient les opinions politiques.

J’appelle les autorités religieuses et en particulier les autorités musulmanes à condamner avec la plus grande vigueur les crimes perpétrés au nom d’un Islam dévoyé par une poignée de fanatiques qui ont perdu tout respect de la vie humaine.

J’appelle nos concitoyens à rejeter tout amalgame avec ceux et celles qui pratiquent leur religion dans le respect de l’Etat laïc et républicain.

Parce que les valeurs qui unissent notre peuple sont menacées, je vous appelle à vous associer au deuil national décrété pare la plus haute autorité de l’Etat.

Nous rendrons ainsi hommage à ceux qui ont donné leur vie pour préserver la liberté d’expression ainsi qu’aux policiers qui, depuis des années, assuraient quotidiennement leur protection.

Francis Lec  Coordination des Sections Socialistes d’Amiens

Manif à Amiens pour "Charlie", le 10 Janvier 2015 1500 à 2000 manifestants
Manif à Amiens pour « Charlie », le 10 Janvier 2015 1500 à 2000 manifestants
Share Button

« La force de la République face à l’ignominie » François Hollande (Drame de Toulouse)

Ici s’est produit un terrible drame, horrible – quatre morts, trois enfants, un blessé grave. C’est une ignominie, et je devais être là pour exprimer à ces familles meurtries, mais aussi à cette école juive – car c’est une école juive qui a été visée, l’antisémitisme s’ajoutant à l’abjection –, je devais être là aussi pour exprimer ma solidarité à l’égard de la ville de Toulouse. Et dire que ce n’est pas une école, des Juifs, une ville qui ont été touchés. C’est la France tout entière.

Et c’est donc la République, dans ce qu’elle a de plus grand, de plus fort, son unité, qui doit répondre face à cette barbarie. L’assassin devra être retrouvé. Le plus tôt sera le mieux, car c’est un danger majeur. Et puis, il y a la demande de protection et de sécurité qu’expriment des familles, qu’expriment aussi des communautés religieuses qui sont touchées parce qu’elles sont, justement, objet de haine.

 La République, c’est la laïcité – et donc c’est la liberté de la religion. Et c’est la protection de tous ceux qui croient, comme d’ailleurs de ceux qui ne croient pas.

Je suis ici, dans cette école, auprès des familles, auprès des enseignants, pour dire aussi que nous n’oublierons rien : rien de ces enfants tombés dans des conditions atroces, rien de ce directeur d’école qui a vu sa fille assassinée lâchement. Nous n’oublierons rien, pour que la République à chaque fois soit plus grande et plus forte. Parce que la démocratie et la République seront toujours capables défaire la barbarie.

Voilà les mots que je voulais dire ici même, à l’endroit exact où s’est produit le drame. Il y a des moments où nous devons être tous rassemblés, tous unis autour d’une cause qui nous dépasse chacun d’entre nous, chacune d’entre nous, parce que c’est la cause de l’unité nationale, parce que c’est la cause de la République.

Voilà le message que j’ai adressé aux familles, aux parents et aussi aux enseignants.

Voilà le message qui doit être porté partout en France : celui de l’unité et celui de la force de la République face à l’ignominie.

Cher(e)s camarades,

Suite au drame de Toulouse, François Hollande, l’équipe de campagne, le Parti Socialiste, le PRG et le MRC ont décidé de suspendre la campagne jusqu’à ce soir.

Cette mesure implique l’annulation de tous les meetings de soutien, les réunions publiques et les colloques prévus aujourd’hui.

Les actions militantes et de porte-à-porte sont quand à elles suspendues jusqu’à jeudi soir après les obsèques des trois militaires assassinés.

« En ce moment de deuil et de recueillement, l’unité et la force de la République face à l’ignominie doit être le message porté partout en France. » – François Hollande

Amitiés socialistes,

Share Button

Semaine du Maroc, Amiens

 

3ème édition de la Semaine du Maroc, Amiens

17 au 20 mars 2011

Objectifs de l’action

– Promouvoir les cultures marocaines à destination de tout public: Amiens, Picardie et Régions limitrophes.
– Valorisation du «vivre et travailler ensemble» en mettant l’accent cette année sur l’apport de la jeunesse dans la dynamique de cohésion sociale et de solidarité inter générationnelle
– Développement de la coopération entre Amiens Métropole, la Picardie et le Maroc, par :
– La consolidation de la coopération enclenchée entre Amiens Métropole, la Région de Picardie et la Région de l’Oriental du Maroc, (province de Driouch), notamment dans le domaine de la gestion de l’eau, de la formation et du transport scolaire
– Elargissement des domaines du partenariat à la musique (conservatoires d’Amiens et de Casablanca), et à l’artisanat et commerce ( CRCI et FNCIIS)

Programme

Conférence : « Le Luth, une histoire et une civilisation »
Conférencier : Haj Youness, Directeur du Conservatoire de Casablanca
Date : 17 mars 2011. Lieu : Conservatoire Régional d’Amiens
Séminaire : « France Maroc, coopération décentralisée »
Thème : « Coopération décentralisée et développement régional, le cas de l’Oriental »
Date : 18 mars 2011. Lieu : Conseil Régional de Picardie
Concert musical : Musique d’ici et d’ailleurs
Date : 18 mars 2011. Lieu : Auditorium Amiens
Forum de la Jeunesse : Citoyens ici et là bas
Thème : Coopération et solidarité citoyenne
Lieu : Centre d’Accueil et d’Hébergement de Dury
Dates : 19 mars 2011

Share Button

Nuits du vivre ensemble

12 août – 7 septembre 2010

La deuxième édition des Nuits du vivre ensemble s’inscrit dans un contexte national inquiétant et passionné.
Nicolas Sarkozy blesse nos consciences lorsqu’ils s’en prend aux Roms ou bafoue la Constitution française en ces propos : « la nationalité doit pouvoir être retirée à toute personne d’origine étrangère qui aurait volontairement porté atteinte à la vie d’un fonctionnaire de police, d’un militaire de la gendarmerie ou de toute autre personne dépositaire de l’autorité publique».

Pour Lucien Fontaine, l’occasion d’énoncer le premier article de la Constitution « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. »


A l’avant-garde d’une génération qui s’interdit tout compromis, Lucien Fontaine veut rappeler aux jeunes et aux moins jeunes l’urgence de balayer les spectres du passé. Nous ne devons pas réécrire l’innommable. La sélection entre Français selon l’origine, œuvre du régime raciste de Vichy, a précipité notre pays dans le rejet de l’autre et les contreforts avilissants de la délation.

A ce titre, il entend exercer une vigilance de chaque heure. Faire barrage aux paroles tonitruantes du Président de la République par des actions où, la convivialité conjugue dans l’intergénérationnalité, le vivre ensemble, lui apparaît primordial.

Nous vous invitons à déconstruire par les faits et la réalité du quotidien, les mensonges d’un Nicolas Sarkozy en quête d’un second souffle au risque de la déchirure nationale.

Plus que jamais, participer aux Nuits du vivre ensemble en 2010 affirme notre refus d’une politique de la division, du mépris du plus faible et des plus démunis.

Tout citoyen se doit quelque soit son statut, sa place dans la société, de défendre et de faire respecter la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.

Continuer la lecture de Nuits du vivre ensemble

Share Button