Archives par mot-clé : Tramway

Manuel Valls inaugure le « drôle de tram » de Bolloré

Le Premier ministre Manuel Valls a inauguré, le 16 janvier 2015, à Ergué-Gabéric près de Quimper, la première tranche de l’usine où sera produit le Bluetram – un bus électrique à « biberonnage » –, les stations de recharge et les supercapacités qui équiperont le véhicule. Cette usine a nécessité un investissement de 80 millions d’euros et emploiera, à terme, 200 personnes.

Le Bluetram est un tramway sans caténaire et sans rail », lit-on dans le dossier de presse de Bolloré. N’en déplaise aux communicants du groupe breton, il y a une façon plus positive et plus simple pour le définir. Il s’agit d’un bus électrique à « biberonnage » c’est-à-dire qui se recharge en quelques secondes aux arrêts, ce qui lui confère une autonomie illimitée. Un concept sur lequel tous les constructeurs de bus travaillent actuellement. Continuer la lecture de Manuel Valls inaugure le « drôle de tram » de Bolloré

Share Button

La duplicité de l’UMP/UDI

Brigitte fouré et alain gest            Brigitte Fouré, maire d’Amiens, vient d’annoncer qu’elle n’était pas contre un tram sur pneus, contrairement à l’équipe Demailly, qui était pour un tram sur rails.

Quelle duplicité ! Que n’avait-on pas entendu dans la bouche de l’édile contre le tram sous toutes ses formes, pendant la campagne électorale ! C’était devenu le thème central du débat municipal, au point que Brigitte Fouré avait fait le tour des commerçants sis sur le futur tracé et les avaient incités à mettre des affiches sur les vitrines de leur magasin : NON,AU TRAM.

Le courage politique est d’avoir des idées et de s’y tenir malgré le contexte politique. Brigitte Fourré n’en est manifestement pas pourvu. Elle est plutôt détentrice d’un sens politicard très affuté, qui consiste à se faire élire sur l’opposition à un projet et à l’adopter aussitôt aux affaires.

Bel exemple pour la jeunesse ! On s’étonnera ensuite que celle-ci se détourne de la politique, lieu de tous les retournements de veste, de la langue de bois, et des volte-face à 180° !

J’ai déjà dit que le tram aurait pu être un projet porté par tous les Amiénois, au-delà de l’affrontement des formations politiques, dont l’honneur est d’éclairer les choix à faire par la population, mais en aucune façon d’en faire un « match de boxe » où chacun des protagonistes doit mettre KO l’adversaire.

La prise de position de Brigitte Fouré ressemble à une machine de guerre contre la  « Gauche unie », au pouvoir  pendant 6 ans à la Mairie, au prix de quelques ajustements, dont elle verra, elle-même, qu’ils ne tiennent pas la route.

Brigitte Fouré est clivante. Elle s’apercevra bientôt qu’on ne dirige pas une Ville en opposant les citoyens les uns aux autres !

Vivement 2020 !                                                        Jean-françois Liquier

 

Share Button

Thierry Bonté suspend le projet du tramway à Amiens

Share Button

Le tram créera t’il de l’emploi local ?

DSC02195            Ce n’est pas un hasard si la dernière conférence de presse de Thierry Bonté,  avant le premier tour des municipales d’Amiens, s’est tenue dans les locaux de l’entreprise FAIVELEY, sur la Zone Industrielle Nord. Celle-ci est en effet un leader mondial des systèmes de freinage de matériel ferroviaire, implantée dans 26 pays, dont la République Fédérale Allemande. Elle a équipé plus de 2000 rames de tramway dans le monde.

        Le tram créera t’il des emplois et si oui, combien ?

Thierry Bonté(T.B) : le tram créera de 1500 à 2000 emplois, dans les bureaux d’étude, le B.T.P, la construction de logements, l’aménagement urbain…

Seront-ce des emplois locaux ?

T.B : Dans les appels d’offre de la ville, nous fragmenterons les lots pour que ceux-ci soient accessibles à des PME, notamment picardes.

Guillaume Lucas (Directeur de Faiveley-Amiens) : nous créerons 7 emplois, si le tram d’Amiens se fait. Par ailleurs, nous sommes optimistes pour l’avenir car un tram construit en appelle un autre. C’est le cas dans beaucoup de villes déjà équipées.

T.B : nous implanterons un centre de maintenance dans le sud d’Amiens. Il générera des emplois de remise à niveau du matériel ferroviaire et, par ailleurs, nous proposerons des emplois de conducteurs, très spécialisés. Des filières de formation sont déjà en place.

Le tracé du tram dans Amiens est-il définitif ?

T.B : Non. L’enquête publique qui se déroulera en 2015 pourra l’infléchir.

Le financement du tram est-il bouclé ?

T.B : Nous attendons le financement de l’Etat (30 millions) qui est très favorable à notre projet, depuis notre association avec Caen pour la commande de matériel. Les autres sources de financement sont le Versement Transport(V.T) des entreprises (35 millions), les subventions des collectivités locales et de l’Europe (20 millions) et l’emprunt auprès de la Caisse des Dépôts et Consignation(C.D.C), qui nous consentira un prêt à un taux exceptionnellement bas (1%). Pour finir, les 200 millions du tram sur 30 ans, c’est 2 à 3 millions par an de remboursement. C’est très supportable.

Share Button