Archives par mot-clé : Parti socialiste

Convention d’investiture de Benoît Hamon, candidat de la Belle Alliance Populaire

Convention investiture Benoît Hamon

 

Appel à l’unité et au combat du Secrétariat national le 30 janvier 2017

Les   Français   de   gauche   se   sont   massivement   et   clairement   exprimés   dans   les   primaires  citoyennes.  Nous  saluons  les  militants  qui  en  ont  assuré  l’organisation  et   ont  démontré  le  rôle  irremplaçable  du  Parti  socialiste  avec  les  formations  de  la  Belle   alliance  populaire.  Nous  remercions  tous  les  candidats,  qui  ont  défendu  leurs  idées   avec  respect  et  sincérité.  La  qualité  des  débats  a  été  reconnue  par  tous,  notamment   entre  les  deux  tours  :  un  échange  consistant  a  permis  d’éclairer  les  choix.

Le   résultat   du   vote   est   incontestable   et   nous   appelons   à   soutenir   notre   candidat   Benoît   Hamon.   Nous   saluons   l’esprit   de   rassemblement   de   Manuel   Valls.   Sans   compter   nos   efforts,   nous   ferons   tout   pour   remporter   le   combat   crucial   qui   vient   contre  la  droite  extrême  et  l’extrême  droite.

Pour  mener  campagne  et  protéger  les  Français,  nous  devons  respecter  notre  histoire   et  ce  que  nous  sommes  :  des  militants  inlassables  et  lucides  pour  la  justice  sociale,  qui   allient  toujours  égalité  et  efficacité,  qui  assument  leur  culture  de  gouvernement  pour   pouvoir  changer  le  quotidien  de  nos  concitoyens.  Cette  culture  s’est  forgée  dans  les   épreuves,   elle   a   permis   de   conjuguer   progrès   économique,   social   et   démocratique.   Les  grandes  ambitions  sociales  ont  besoin  de  politiques  qui  réussissent.

Oui,   la   distance   qui   sépare   les   rêves   du   réel   s’appelle   la   gauche.   Le   monde   d’aujourd’hui   présente   des   défis   et   des   dangers  :   les   logiques   du   capitalisme   financier,   la   précarité,   la   transition   numérique,   la   montée   des   nationalismes,   les   menaces   sur   le   climat,   le   terrorisme,   des   relations   internationales   chaotiques,   le   drame  des  réfugiés  et  la  crise  de  l’Europe.

Ce  contexte  exige  une  volonté  politique  forte  et  une  rigueur  des  propositions  pour  y   répondre.   Cet   impératif   concerne   toutes   les   forces   progressistes   aujourd’hui   en   Europe   et   dans   le   monde.   Il   est   posé   d’une   manière   singulière   en   France   où   se   conjuguent  la  tripartition  des  forces  politiques  –  gauche,  droite  et  extrême  droite  et   la  fragmentation  au  sein  même  de  la  gauche  et  des  écologistes.

Voir  le  réel  tel  qu’il  est,  c’est  dire  qu’il  n’y  a  aucune  victoire  au  bout  de  la  division,   qu’il  n’y  a  aucune  conquête  au  bout  de  la  dispersion.

Pour  unir  les  progressistes,  comme  nous  l’avons  fait  au  moment  du  Front  populaire,   lors  de  l’Union  de  la  gauche  et  avec  la  gauche  plurielle,  face  à  la  régression  proposée   par   la   droite   libérale,   conservatrice   et   autoritaire   et   contre   l’extrême   droite   qui   amènerait  un  repli  nationaliste,  xénophobe  et  de  ruine  économique,  plus  que  jamais   nous  devons  tout  faire  pour  faire  gagner  le  camp  du  progrès  donc  son  unité.  C’est  le   sens  d’un  projet  social-écologique,  républicain  et  européen.

Voilà  l’appel  que  nous  voulons  porter  pour  la  raison  et  pour  l’unité,  loin  des  passions   tristes  et  des  surenchères  inutiles.  Nous  appelons  tous  les  socialistes  à  se  rassembler   autour  de  ces  convictions  et  de  cette  volonté.

 

Appel à l'unité, Parti socialiste

Share Button

Bulletin du Groupe PS de la Ville d’Amiens et compte-rendu réunion

Chèr(e) Camarade,

Tu trouveras ci-après le Bulletin de décembre de 2014 du Groupe PS de la Ville d’Amiens et le Compte-rendu de réunion du 14 janvier 2015.

Image Bulletin Groupe PS Ville d'Amiens

Un clic sur le bandeau ci-dessus pour télécharger le bulletin
(format pdf).

Compte-rendu réunion du 14 janvier 2015

Share Button

François Hollande à Amiens, le Mercredi 18 Avril: détail de sa visite

Share Button

François Hollande à Amiens, le Mercredi 18 Avril, après midi Tous sur le pont!

Share Button

Les métamorphoses de Sarkozy, par J.J Chavigné et G.Filoche

Le discours de Marseille

Les  métamorphoses de Sarkozy

Dans son discours de Marseille, le dimanche 19 février, Nicolas Sarkozy s’est livré, la période du Carnaval s’y prêtant sans doute, à de multiples métamorphoses devant les yeux de quelques milliers de militants UMP ébahis, ravis, subjugués.

Le président des 1 % les plus riches endosse le costume du fils du peuple

« Je ne serai pas le candidat d’une petite élite contre le peuple. Je veux être le candidat du peuple de France »  déclarait-il à Marseille.

Oublié la fiesta du Fouquet’s lors de son élection en 2007, oubliées les vacances sur le yacht prêté par son ami Bolloré.

Oubliée l’instauration d’un « bouclier fiscal » de 50 % qui permettait à un millier de contribuables, parmi les plus riches, de recevoir, chaque année, un chèque du Trésor public de 260 000 euros en moyenne (30 millions d’euros pour Madame Bettencourt). Oubliée la suppression de l’impôt sur la fortune pour 300 000 riches ménages en 2011 avec un coût de 1,9 milliards d’euros pour l’Etat.

A Marseille, le président des riches, des banques et de la finance, sans le moindre scrupule, a revêtu le masque de Zorro, la cape noire du candidat « antisystème » alors que la droite occupe la présidence depuis 17 ans, qu’il a été ministre dans tous les gouvernements de droite durant la présidence de Chirac et qu’il est président de la République depuis 5 ans.

Le destructeur d’emplois industriels se transforme en chantre des ouvriers

« On oublie qu’une France (…) sans ouvriers, sans usines, sans ateliers (…) serait une France (….) économiquement à la merci des autres ».

Certes, mais c’est surtout lui qui n’aurait pas du l’oublier car, au cours des 3 dernières années notre pays a vu la fermeture de 900 usines et la perte de 100 000 emplois industriels (500 000 en 10 ans avec la droite au pouvoir).

En février 2008, Sarkozy promettait de sauver l’usine ArcelorMittal de Grandrange et s’exclamait : « Grandrange comme voyage de noces y a pas mieux ». L’usine fermera un an plus tard.

Ségolène Royal remue le fer dans la plaie, là où ça fait mal à Sarkozy : « Le candidat UMP n’a pas le courage d’aller là où les gens souffrent de ses promesses non-tenues ». Car les ouvriers d’ArcelorMittal Florange n’ont toujours pas reçu la visite du président ou du candidat de l’UMP, après l’annonce de la fermeture de deux hauts-fourneaux. Ils occupent aujourd’hui le centre administratif de l’entreprise et seraient sans doute ravis de recevoir Sarkozy en personne plutôt que ses CRS. Continuer la lecture de Les métamorphoses de Sarkozy, par J.J Chavigné et G.Filoche

Share Button