La CGT Goodyear réclame « une grève générale »

« Ras-le-bol de perdre des journées de 8 heures pour faire des promenades de santé. Ras-le-bol des rassemblements tous les mois pour des marches dans les principales villes de France. Nous avons une impression de mouvements obligatoires pour laisser croire que nous ferons quelque chose. »

C’est en ces termes que la section CGT de Goodyear écrivait début juin, dans une lettre ouverte, au secrétaire général de la CGT Bernard Thibault. Si elle confirme sa participation à la grève nationale sur les retraites de jeudi 24 juin, elle s’y rendra avec un peu d’amertume quand même.

Car dans cette missive, qui fait suite à une première sur le même thème, l’organisation locale réclame un blocage des zones industrielles de France « de manière reconductible jusqu’au retrait du projet de loi. » Elle demande surtout à la direction nationale de lancer « un appel à la grève générale. » Cependant, elle déplore que « rien ne vient. »

Or, face à la « frilosité (…) et au manque de combativité, le gouvernement, lui, avance. Et ce ne sont pas des mouvements pour la pure forme qui le feront reculer », relève la section syndicale, qui pense relayer là une requête largement attendue « par des millions de travailleurs. » Elle prévient : « Si les centrales confédérales se complaisent dans cette situation, le monde du travail va crever. »

Par ailleurs, le syndicat local s’inquiète qu’en trois ans de conflit social dans l’usine, le secrétaire général de la CGT ne soit jamais venu à Amiens. Une inquiètude qui se renforce : les deux dernières lettres lui adressées sont restées sans réponse.

G.R.

Share Button
We cannot display this gallery

Côté urbanisme, un bel éco-quartier en perspective…

Rives de Somme : après la concertation,
présentation publique du projet d’éco-quartier
d’un millier de logements

Samedi 19 juin, 10h, rue des Prés-Forêts-Prolongée, dans les locaux de l’ancienne station d’épuration (carrefour rue Château-Milan/avenue Georges-Pompidou), la Ville d’Amiens invite la population à une nouvelle réunion d’information sur le projet d’éco-quartier de la future ZAC Les Rives de Somme.

Ce projet d’un millier de logements – dont 50 % de logements sociaux – sur 11,6 ha requalifie un ancien site industriel (ex-station d’épuration de Montières et ancienne plateforme logistique), vierge d’habitants, en y aménageant un quartier durable et dense situé en bordure des rives sud de la Somme, à l’ouest du centre-ville.

L’architecte-urbaniste Patrick Chavannes présentera son projet, pour lequel il a tenu compte des remarques formulées par les Amiénois, tant lors des trois ateliers thématiques (« ville et nature », « déplacements » et « habitat et formes urbaines »), organisés depuis le début d’année, que dans le registre mis à la disposition de la population en mairie.

La réunion publique du 19 juin se fera en présence d’Etienne Desjonquères, premier adjoint au maire en charge de la Démocratie locale, Valérie Wadlow, adjointe en charge de l’Urbanisme, et Isabelle Graux, adjointe en charge du Logement.

Vous trouverez en pièce jointe une note rappelant les grandes lignes du projet ainsi qu’une photo du projet
(© : Agence d’Architecture et d’Urbanisme Patrick Chavannes).

En savoir plus :
Les Rives de Somme (pdf)

Share Button
We cannot display this gallery

Fin du conflit à la CFT : un protocole d’accord signé entre la direction et les représentants syndicaux

Amiens Métropole se réjouit de la signature ce jeudi 17 juin, à 18h15, du protocole d’accord élaboré dans le cadre de la médiation conduite depuis lundi soir par Etienne Demangeon, nommé dans cet objectif par Gilles Demailly, président d’Amiens Métropole. La circulation des bus va reprendre progressivement dès ce vendredi matin pour un retour à la normale le plus rapide possible.

Share Button
We cannot display this gallery

Ce sont les meilleures années de notre retraite qu’ils veulent nous voler !

Le gouvernement Sarkozy après un semblant de concertation qui avait surtout
pour objectif d’amuser le tapis en attendant le début de la coupe du monde de football vient de faire connaître son verdict.
C’est bien à la pire, la plus dure contre-réforme d’Europe
sur les retraites à laquelle nous sommes confrontée.

Cette contre-réforme essaie de nous imposer 5 reculs sans précédents

  1. L’âge légal de la retraite est porté à 62 ans en 2018. Cette augmentation se fera au rythme de 4 mois par an pour les générations nées entre 1951 et 1956. A partir de la génération née en 1956, l’âge légal sera de 62 ans.
  2. Ce relèvement de deux ans de l’âge de la retraite s’étendra à tous les régimes. Ceux qui pouvaient encore partir à 55 ans ne le pourront plus qu’à partir de 57 ans.
  3. L’âge du taux plein (sans décote) est porté à 67 ans.
  4. La durée de cotisations s’allonge dans le privé comme dans la Fonction publique pour atteindre 41,5 annuités en 2020.
  5. Le taux de cotisation des fonctionnaires augmente de 7,85 % à 10,55 % en 2020.

Les mesures présentées comme permettant d’assurer une « réforme juste » sont dérisoires

Le rôle de ces mesures est uniquement de servir d’écran de fumée pour tenter de camoufler les 5 reculs majeurs qu’ils veulent nous imposer.

Le dispositif de « carrières longues » constitue une double régression par rapport au dispositif mis en place en 2004

Alors que le dispositif de 2004, permettant de prendre une retraite anticipée à ceux ou celles qui avaient commencé à travailler très tôt avait bénéficié à 100 000 salariés par an, celui prévu par le gouvernement ne concernerait que 50 000 salariés en 2011.

Les salariés qui, dans le précédent dispositif pouvaient partir à 56, 57, 58 ou 59 ans ne pourront plus partir avant 58, 59 ou 60 ans.

Le dispositif de « prévention et de compensation de la pénibilité » est un chef d’œuvre de culot et d’hypocrisie

Le gouvernement ne manque pas de culot. Alors que la droite a supprimé la visite médicale annuelle obligatoire pour les salariés et  que le gouvernement veut en finir avec toute forme d’indépendance de la médecine du travail, il ose parler de « prévention ».

L’hypocrisie est totale dans la prétendue prise en compte de l’usure individuelle « au cas par cas » !

Dans les chiffres d’abord : seulement 10 000 salariés par an serait concernés.

Qu’est-ce, ensuite,  que ce « carnet de santé individuel » du salarié ? Un système de flicage à vie, nuisant au droit à l’emploi ?

La possibilité d’une retraite à 60 ans sera examinée au cas par cas.  Mais qui décidera et sur quel critère ? Où commencera l’usure : au genou, au dos, aux poumons pleins de poussière ? Avec un seul poumon atteint, faudra-t-il encore continuer à travailler ? Honte à Sarkozy et Woerth : la retraite quand on est à la veille de la mort, fichu, usé, au cas par cas, quand l’espoir est perdu ! Ils n’ont jamais tenu un marteau piqueur en main à 55 ans ni connu le stress à France Télécom !

Un nivellement par le bas du public sur le privé

Le nivellement par le bas commencé en 2003 continue.

L’alignement du taux de cotisation des fonctionnaires (7,85 % actuellement) sur celui des salariés du privé (10,55 %) ne profitera en rien aux retraités du secteur privé. Il n’y a pas de système de vase communiquant entre les deux régimes de retraites et contrairement à ce qu’affirme le gouvernement ce ne sont pas les caisses de retraites des salariés du privé qui financent les retraites des fonctionnaires.

La seule conséquence de cette augmentation sera de ne pas augmenter la contribution de l’Etat. Les sommes ainsi épargnées ont une destination toute désignée : payer les intérêts de la dette publique dus aux rentiers.

Une attaque délibérée contre l’emploi des jeunes

Le gouvernement fait grand cas de la possibilité de valider 6 trimestres (au lieu de 4 aujourd’hui) au titre de la première période de chômage.

C’est dérisoire alors que le chômage ne cesse d’augmenter (en particulier celui des jeunes) et que deux trimestres de plus ne pèsent pas lourd au regard des 16 trimestres d’allongement de la durée de cotisation entre 1993 et 2020.

C’est dérisoire aussi parce que le gouvernement joue sur les mots et que cette mesure ne concerne pas les jeunes à la recherche de leur premier emploi mais seulement ceux qui ont déjà eu un emploi et connaissent leur première période de chômage.

C’est dérisoire parce que les mesures gouvernementales obligent le père, la mère, le grand-père ou la grand-mère à travailler jusqu’à 67 ans alors que leur fils, fille, petit-fils ou petite-fille ne trouve pas d’emploi.

Une attaque délibérée contre les retraites des femmes

Le gouvernement fait grand cas, là encore, d’une mesure tout aussi dérisoire : la possibilité pour les femmes en congé maternité d’inclure un trimestre d’indemnités journalières dans le calcul de leur salaire de référence.

Mais les mesures que veut imposer le gouvernement prévoit de porter l’âge du taux plein de 65 ans à 67 ans. C’est une attaque d’une incroyable violence contre les femmes dont 29 % ne parviennent au taux plein (50 %) dans le régime de base des salariés du secteur privé que lorsqu’elles atteignent 65 ans et qu’alors les décotes disparaissent. Avec ce que prévoit le gouvernement, les décotes ne disparaîtront qu’à 67 ans. Que feront les femmes concernées pendant ces deux années ? Devront-elles attendre deux années de plus pour prendre leur retraite ou partir avant 67 ans
ou prendre une retraite au taux de 38 %

Une baisse considérable du niveau des retraites

Selon le Conseil d’Orientation des Retraites (COR), les réformes de 1993 (régime général du secteur privé) et de 1994-1996 (retraites complémentaires du secteur privé) diminueront de 20 points, en 2030, le taux de remplacement du salaire par la retraite. Pour un salaire de 1 200 euros, la retraite nette ne sera plus égale à 78 % du salaire net mais à 58 %, soit une baisse du montant de la retraite de 936 à 696 euros.

L’affirmation du gouvernement selon laquelle l’allongement de la durée de cotisation et le recul de l’âge légal n’auraient aucun impact sur le montant des retraites est un mensonge éhonté.

La réforme de 2003 accentue déjà la baisse du montant des retraites. En effet, 6 salariés du secteur privé sur 10 ne sont plus au travail lorsqu’ils prennent leur retraite. Ils sont au chômage, en maladie ou en invalidité. La fiction gouvernementale qui veut qu’ils aient le choix de continuer à travailler pour bénéficier d’une retraite à taux plein n’a aucun sens. Comment continuer à travailler quand on n’est déjà plus au travail ?

Les nouvelles mesures que veut nous imposer le gouvernement accentuerait dangereusement ce phénomène. Avec un allongement de la durée de cotisation à 41,5 annuités et un recul de deux ans de l’âge l’égal, ce sont 70 % des salariés du secteur privé qui ne seraient plus au travail lorsqu’ils prendraient leur retraite. Le montant de leur retraite ne pourrait donc que continuer à diminuer.

85 % des mesures du gouvernement financées par le salariat

Pour le gouvernement, le financement des mesures qu’il veut nous imposer serait parfaitement équilibré. Les hauts revenus, le capital, les entreprises participeraient dans les mêmes proportions que les salariés à leur financement.

Il suffit de lire ses propres chiffres pour constater à quel point cette affirmation du gouvernement est fausse.

Les « mesures d’âge » imposées aux salariés (93 % de la population active) rapporteraient 20,2 milliards en 2020. Le nivellement par le bas imposé aux fonctionnaires rapporterait, quant à lui, 4,9 milliards d’euros à la même date. 1,4 milliard d’euros seraient transférés des caisses d’assurance-chômage aux caisses de retraites malgré la modicité des indemnités perçues par la grande majorité des chômeurs. Au total, la contribution des salariés et des chômeurs s’élèveraient à 26,5 milliards d’euros.

La contribution des hauts revenus, du capital et des entreprises s’élèverait en tout et pour tout à 3,7 milliards d’euros en 2020.

Voilà ce que le gouvernement de Nicolas Sarkozy appelle un effort équitablement réparti.

La participation des hauts revenus, du capital et des entreprises ne constitue qu’une diminution d’une toute petite partie de leurs avantages fiscaux ou sociaux

Le taux de la tranche supérieur de l’Impôt sur le revenu sera porté de 40 à 41 %. Au milieu des années 1990, ce taux s’élevait à 57 % !

L’augmentation de la taxation des stock-options ne fera qu’amener cette taxation au même montant que celle des salaires.

Les plus-values de cessions d’actions et d’obligations seront taxées dans l’impôt sur le revenu.

L’exorbitant crédit d’impôt sur les dividendes perçus par les actionnaires sera supprimé.

Une nouvelle méthode de calcul des exonérations sociales sur les salariés payés entre 1 et 1,6 SMIC (un autre cadeau fait au patronat et nullement remis en cause) devrait rapporter 2 milliards d’euros…

Les recettes nouvelles sont illusoires

La taxation des hauts revenus, du capital et des entreprises constituent des recettes fiscales.

A la différence des cotisations retraites, ces recettes ne sont pas affectées obligatoirement au financement des retraites. Demain, le Parlement pourra fort bien décider que ces recettes soient affectées à tout autre chose. Au remboursement de la dette publique par exemple.

L’interrogation sur le sort réservé à l’impôt collecté lors du « lundi de Pentecôte » ne peut que renforcer notre méfiance.

Cette réforme est inacceptable : mobilisons nous massivement pour obliger le gouvernement à la retirer

Cette réforme est celle voulue par le Medef. Jusqu’au bout le gouvernement a refusé d’augmenter les cotisations retraites patronales.

Il n’hésite pas à augmenter les cotisations retraites des fonctionnaires de 0,27 point par an (et donc de baisser d’autant leur salaire) mais décide qu’il est impossible d’augment du même montant les cotisations retraites patronales. Pourtant, cette augmentation annuelle permettrait, en 40 ans, d’équilibrer nos régimes de retraites.

L’argument avancé, la compétitivité des entreprises n’a aucune portée. Il suffirait, en effet, de compenser l’augmentation des cotisations retraites patronales par une diminution des dividendes, passés de 3,2 % du PIB en 1982 à 8,5 % en 2009. Cela serait d’autant plus bénéfique que non seulement ces dividendes ne servent à rien puisqu’ils sont versés aux actionnaires et ne participent pas au financement des investissements productifs des entreprises. Mais, ils sont, au contraire, nuisibles puisque toutes ces sommes improductives vont gonfler les bulles financières ou immobilières et spéculer contre les dettes publiques, la dette française comme les autres.

Il ne reste donc plus qu’à nous mobiliser dans l’unité la plus large pour mettre des millions de salariés, jeunes, retraités, dans la rue, le 24 juin, en septembre, en octobre s’il le faut, pour obliger ce gouvernement à abandonner cette attaque scélérate contre nos retraites.

On peut, on doit, on va forcer ce gouvernement à reculer : 60 ans à taux plein pour toutes et tous, pas un trimestre de plus, pas un euro de moins pour nos retraites. !

La France est riche et les richesses si elles sont partagées peuvent permettre de garder tous nos droits à la retraite.


Source :

Jean-Jacques Chavigné – Gérard Filoche
Le 16 juin 2010


Share Button
We cannot display this gallery

Fête de la musique, Amiens


Visuel sous CC par benjamincalippe
Visuel sous CC par benjamincalippe


A l’occasion de la Fête de la Musique ce lundi 21 juin,
la Ville d’Amiens organise des plateaux d’artistes
aux quatre coins du centre-ville.


De nombreux artistes s’y produiront avec en tête d’affiche le DJ David Vendetta
.

Le programme des animations

FETE DE LA MUSIQUE

Lundi 21 juin 2010

Récapitulatif du programme de la « Fête de la Musique édition 2010 «


Plateau René Goblet  » contact, la radio enjoy »

  • 18H00 – 20H00 Emission spéciale avec Magued
  • 20h00 – 22h00 Dj Etien’ résident contact (électro house)
  • 22h00 – 00h00 DAVID VENDETTA – tête d’affiche- mixe électro (violon + choriste)


Plateau Yvert et Tellier

  • 20H00
    DJ S, une communauté soudée pour promouvoir les nouveaux DJs et leurs créations

    DJ clamsé « PRODVIDEO » clamsé 06 85 39 57 97
    5 DJs viendront avec une régi lumière (2 projecteurs léde 4 scanners 1 stroboscope 1 lazerre) + machine
    à fumer et machine a neige une ambiance assurée


Plateau de Marie sans chemise
: SONO à prévoir

  • 18-19h : MUSTANGS  COUNTRY  DANCERS
    Rythmique ou traînante, sentimentale ou émouvante, la country vient des musiques folkloriques celtes des immigrés anglo-saxons. Cette musique, avec le blues et le rythm and blues noirs, a fort contribué au développement du rock.

    La danse country (aussi appelée square dance) se danse à l’origine en quadrille. Elle est dérivée de nos quadrilles Français exportés par nos compatriotes au Canada et en Louisiane, mais se teinte au passage des musiques et pas de danse des autres folklores émigrés : Mazurka polonaise, Polka Allemande, Scottish Écossaise, Gigue Irlandaise… Le violon est l’instrument principal. Chaque musique fait l’objet d’une chorégraphie de pas de danse. Ces danses prennent alors, l’appellation générique de danses country. Il s’agit de danses en ligne (style Madison) quand elles sont pratiquées en solo ou danses en cercles autour de la salle quand elles sont pratiquées en couple.
    Chaque chorégraphie célèbre s’est appliquée à une catégorie de musique. Mais actuellement, chaque musique nouvelle donne naissance à une nouvelle chorégraphie, si bien que l’on peut compter plusieurs centaines de danses country
    .
  • 19h00 : Groupe de l’Association de danse de Longueau Le groupe est composé de 8 filles, et, s’est surnommé les « éphémères ».
    Serry Emmanuelle 45’

  • 22h00 : Groupe the Sandman’s. Hugo Collin Rock Thuillier tél: 06 45 85 41 22


Plateau de la place Gambetta

  • 18h30 Groupe Dury « Mozart en herbe » un trio de jeunes musiciens composé d’une batterie, d’une guitare électrique et d’un clavier. Chantal féret [chantaljuliette@hotmail.fr]
    Cet atelier « les 3M » interprètent de la musique actuelle
  • 19h30 DANSES AFRICAINES LEO LAGRANGE
    UNE DANSE, UN STYLE : DANSES AFRICAINES
    Elle a donné naissance au jazz, au hip-hop et a influencé toutes les danses afro-caribéennes. Elle est le ciment culturel de tout un continent. La danse africaine continue néanmoins de souffrir d’une profonde incompréhension et reste souvent observée d’un œil purement anthropologique. L’expression corporelle africaine sort pourtant des cases dans lesquelles beaucoup l’imaginent cantonnée.

  • 20h30 : Le Samarobriva Pipes and drums’ groupe déambulatoire musique irlandaise’

  • 21h00 : EMILIE ANNE CHARLOTTE 03.22.45.15.79
    emilieannecharlotte@hotmail.fr

    Biographie : Emilie Anne Charlotte est une jeune chanteuse Amiénoise.
    Accompagnée de sa guitare sèche, parfois de son piano, elle chante ses propres compositions en français et en anglais.
    Elle nous dévoile un tempérament bien trempé à la fois espiègle, railleur, sensible, plein d’énergie, et de charme, qui tourne en dérision ses propres expériences.
    C’est dans un monde extraordinaire et parfois cruel qu’Emilie nous emmène avec brio pour témoigner de ses états d’âmes et de ses bêtises… Pour notre plus grand bonheur.

  • 22h00 : Groupe LISA A PEUR BEN  
    06.77.08.81.63
    « ben Lisa »
    ben.lisaapeur@gmail.com
    Groupe LISA A PEUR

    Biographie :
    LISA A PEUR :
    début en duo acoustique puis formation complète en trio rock à partir d’avril 2009…
    Sinon Lisa a peur de plein de choses et le crie dans un micro en français parce que les autres langues c’est difficile.
    Lisa peur, et préfère se laisser pousser les pieds pour arrêter de faire la vaisselle.
    Lisa a peur des étiquettes (c’est pas tant la peur de l’étiquette que le fait qu’elle démange, pour être tout à fait franc) et fait du rock comme d’autres joueraient du punk… rock…
    Lisa a peur est une farce (pas toujours drôle… désolé…) et n’a aucune volonté de devenir international ou de vendre sa sueur sur eBay ou de fabriquer des parachutes.
    Lisa a peur mais ne connait aucune Lisa (elles ont surement peurs…)
    Bon sinon… On cherche des concerts avec n’importe qui, n’importe où, n’importe quand… parce qu’on adore s’amuser avec les copains et rencontrer des gens ! S
    inon Lisa a peur de plein de choses et le crie dans un micro en français parce que les autres langues c’est difficile.
    Lisaa peur, et préfère se laisser pousser les pieds pour arreter de faire la vaisselle.
    Lisa a peur des étiquettes (c’est pas tant la peur de l’etiquette que le fait qu’elle démange, pour etre tout à fait franc) et fait du rock comme d’autres joueraient du punk… rock…

  • Groupe Feathers est l’union de quatre grands passionnés de musique, Loane, Darvel, Chris et Benj. Loane chante « depuis la naissance », écrit, compose, et rêve d’avoir un groupe de rock. En 2008 elle rencontre Darvel, auteur compositeur interprète, qui craque sur ses chansons et commence à les lui arranger par M.A.O. Ensemble ils fondent Feathers, cocktail de mélodies pop et de guitares métal, à la croisée de Muse et System of a down, et se mettent en quête de musiciens. Darvel se découvre une vocation de batteur, et participe au répertoire en créant des chansons, tandis que son meilleur ami Chris, guitariste, s’éprend à son tour de l’univers Feathers, et apporte lui aussi une pleïade de titres. A trois ils répètent durant 2008, et en 2009 armés de semples synthé et basse ils débutent les concerts, à la recherche de leur public. En avril ils rencontrent Benj, le bassiste tant attendu. Feathers est au complet, la machine est en marche… Déjà 50 concerts en 8 mois.
    Feathers c’est avant tout la rencontre de 4 passionnés de musique.
    Le groupe prend forme en 2008 lorsque Loane, qui chante « depuis sa naissance » rencontre Darvel, auteur compositeur interprète. Il craque sur ses chansons qu’il décide de maquetter et se découvre en parallèle une vocation de batteur.
    Chris, guitariste aguerri et ami de longue date rejoint logiquement la formation. Il va à son tour apporter au groupe une pléiade de titres ainsi que son savoir faire. Les répétitions s’enchainent, sans bassiste officiel certes, mais il en faut plus pour les démotiver.
    Février 2009, Feathers a soif de scène et armés de samples basses et synthés ils attaquent leur première tournée.
    En Avril, ils croisent sur leur route le bassiste tant attendu : Benj. La touche personnelle qu’il apporte au groupe fait l’unanimité et il intègrera la scène rapidement.
    Feathers est au complet et continue d’enchainer les concerts et les festivals entrainant avec eux des fans de divers horizons.
    Leurs mélodies pop enchantent les uns, leurs guitares métal et leurs riffs ravageurs déchainent les autres. Bref, lors des concerts c’est une déferlante d’énergie, de sourires et de bonne humeur, toujours sincère.
    Le groupe va vite, et leur bilan fin 2009 est sans équivoque : Plus de 60 concerts en Picardie, à Paris, dans le nord de la France ainsi qu’en région PACA, et un premier EP Advice to World sortie en juillet.
    En résumé, si les Feathers n’ont pas atteint vos oreilles en 2009, il se pourrait qu’ils vous atteignent en plein cœur en 2010 !
    Début en duo acoustique puis formation complete en trio rock a partir d’avril 2009…



  • 00h00 : GRIM RIPPER    rock variétés tel 06 63 11 32 14
  • Les Poulidoors. (Rock)  Punk à vélo sans roulettes
    Clément Foucard foucard.clement@gmail.com

    Simon Galland, 1 micro
    Jérôme Noël, 2 baguettes
    Révérend Jb Cornette, 4 cordes
    Pierre Thellier, 5 cordes
    Clément Foucard, 6 cordes
  • Groupe ARSENE D’IO
    Bernadette     06.23.75.73.83
    Amiens Villandieres – Administration [amiens-adm@groupe-korian.com]
    Groupe ARSENE D’IO

    Chant/ Guitare/ Accordéon : Bernadette Guitare Lead : Mélanie
    Batterie/ Sample/ FX/ Percu : Rom1
    Basse : Mika
    Once upon a time
    ….
    La rencontre fortuite avec JEAN LUC, bizarre ce courant qui passe de suite. Comme deux électrons gémellaires. Très vite nous travaillons en binôme, nous échangeons nos goûts musicaux. Confiante j’ose lui montrer mes textes et mes petites mélodies…J’ai eu une bonne idée ce jour là, et nous continuons à travailler à deux, sur ces chansons maintenant. Sans aucune prétention et loin d’imaginer la suite. Et puis arrivée d’un ion positif, une petite bombe de batteur : ROMAIN qui un jour assiste à une de nos répét. Il revient les répèt suivantes, prend les baguettes et propose des rythmes hallucinants ! Une évidence. : On continue à travailler à trois, pour le plaisir. Ca dure 2 ou 3 mois. Là, Romain à l’idée de génie d’en parler à un pote bassiste : MIKA. Une basse, et tout de suite y a de la rondeur, on plante le décor. Son jeu colle au Nôtre. A partir de là on décolle et on ose !

    Les répétitions passent, nous commençons à parler de « groupe ». Alors on continue à bosser, on monte on démonte le jouet, on s’amuse comme des petits fous… On prend un pied monstrueux ! Malgré tout, nous avons au plus profond de nous mêmes une grosse envie de jouer encore et encore, mais pas que pour nous maintenant. C’est bon signe.
    Des oreilles bienveillantes nous écoutent discrètement.
    Comme une évidence, MIKA propose qu’on enregistre. Ahahahaah ! Ouais mais là c’est…et puis… OK. Nous enregistrons alors guidés par ces mêmes oreilles au studio FL. Et ça donne 5 chansons enregistrées.

    Le hasard fait bien les choses…..deux, trois et quatre musicos en herbe !!! Un mentor bienveillant et puis Arsène d’Io !
    Bernadette
  • Groupe Violent Scaredy Cats groupe de rock amiénois
    Claire CHAUMEIL// Manager 06.68.91.67.37
    Imprégné de l’univers rock amiénois, The Violent Scaredy Cats, groupe de rock indie aux influences anglo-saxonnes, distille un rock alambiqué, envoûtant, surprenant et psyché. Loin de se cacher derrière sa mèche, le groupe assume le cliché rock tant sur scène que dans la vie…

    Leurs musiques et leurs expressions scéniques nous entraînent dans un univers authentique et original.
    Le chant est clair, pur et simple, la guitare taillade continuellement le rythme, et la basse pumpy sautille en se faufilant entre les mélodies de la guitare lead.

    Le groupe en perpétuelle création prépare un nouveau répertoire plus varié, avant de retourner partager leur énergie sur scène. Les VSC se font connaître grâce à des prestations sur les scènes de plusieurs villes : Amiens, Beauvais, Rouen, Dijon, Reims, Liège (Belgique), Bordeaux, ou encore Paris.
    Inspiré par la théorie du chaos, le groupe oeuvre actuellement pour s’ouvrir vers d’autres horizons, toucher un public toujours plus large, enthousiaste et jouer sur des scènes toutes enrichissantes…


Plateau musique de la place de l’hôtel de ville
“ France bleu” Rock- variétés « complet »


De 16h30 à 19h
Le Quai des jeunes montera sur le podium France Bleu (cour de l’Hôtel de Ville),

Les groupes qui se sont produit la saison passée pourront jouer dans la soirée sur ce podium.

  • Moustik Rapp Amiens rfsdvd@hotmail.fr
  • Prestation « Bachibouzouks »
  • Prestation « Charlatans*
  • « Scène bleue » installée place de l’hôtel de ville, ainsi qu’un village associatif sur le thème de la découverte du monde avec 5 associations présentes (percussions africaines, dégustations de produits d’Afrique, d’Asie.)

    De 19h à 20h
    :
    Emission « le grand direct », animée par Chrystelle Rouchon, en direct de la scène bleue et sur les ondes, avec comme fil conducteur l’émission habituelle, avec cependant beaucoup plus d’invités comme les groupes de musique ainsi que les représentants des associations du village
    : « Fil rouge » avec une interview des groupes « Arythmythique », groupe jazz/funk http://www.myspace.com/arythmythique
    et « Bachibouzouk », groupe de reggae festif http://www.myspace.com/bachibousouk
  • Transition assurée par le groupe « All of Swing« , groupe de jazz manouche http://www.myspace.com/allofswingjazzmanouche
  • De 20h à 23h30 : Scène tournante avec trois groupes/artistes de prévu, sachant que les ordres de passage ne sont pas encore prévus. Il y aura donc les groupes Arythmythique et Bachibousouk présenté ci-dessus, avec pour compléter un jeune talent amiénois, Moustik, jeune rappeur issue des quartiers Nord http://moustik-rap.skyrock.com/
  • Tout au long de la soirée, les visiteurs pourront se balader de stand en stand dans le village associatif, tout en écoutant la multitude de groupes présents sur scène.
    La transition entre les différents groupes sera toujours assurée par les « All of Swing »


Le plateau Maison de la Culture
«  ASSOCIATION ART NIAK »

  • Groupes de rock -métal

«ASSOCIATION ART NIAK »

Art Niak est une association artistique et culturelle qui a vu le jour en
Septembre 2009. Notre but est de permettre aux artistes de se rencontrer
afin de créer des projets communs ; dénicher de nouveaux talents et faire
émerger de jeunes artistes en voie de professionnalisation ; réaliser des
évènements, tels que des expositions multidisciplinaires, l’organisation
de pièces de théâtre, concerts, projections cinéma et vidéo ; faire découvrir
l’art contemporain et les formes d’arts actuels lors d’ateliers découvertes
et d’interventions scolaires. Nous sommes sans cesse à la recherche de lieux
pour nos manifestations et de partenariats permettant de faire évoluer
l’association. Si notre démarche vous intéresse, n’hésitez pas à nous
contacter : http://artniak.jimdo.com

  • 17H00 : Terrains vagues http://www.myspace.com/assoterrainsvagues
    Groupe Terrains vagues
    : Style : rock / chanson rock – Amiens
    Descriptif : Venus d’horizons et d’expériences diverses, les
    quatre membres de ce groupe formé fin 2008, nous entrainent
    sur fond de chanson rock, dans leurs histoires de roulette
    russe, d’alchimiste, de cité apocalyptique et autre vendetta…
    Venez écouter ces contes modernes où il ne tient qu’à vous de
    trouver une morale. Vous pourrez alors participer à la construction
    du décor, et tenter avec eux de faire de leur imaginaire autre
    chose qu’un terrain vague…
  • 18H30 : Notépok http://www.myspace.com/notepok
    Groupe Notépok
    : Style : rock / punk – Amiens
    Descriptif : Issu du nord de la France (Amiens), nous jouons depuis
    2002 un Power Rock corrosif où énergie est notre mot d’ordre. Nos
    influences sont Punk, Métal, Hardcore voire Dub sur des morceaux
    plus expérimentaux. Nous démontrons un engagement total à faire
    prendre conscience des enjeux, des défis et des merdes de ce monde.
    Il suffit pour cela d’écouter des titres aux refrains fédérateurs
    comme « Méfiez-vous », « Fucking TV » ou « Nauséabonde » pour se rendre
    à l’évidence. Malgré ces déferlements qui sonnent comme une urgence,
    nous laissons place aux mélodies et aux textes prônant Amour, Liberté,
    Partage et Protection de l’Environnement sur des morceaux comme
    « Murmure », « Nouvel Horizon » ou « Naturellement » offrant une sensibilité
    à fleur de peau. Attendez-vous à une réponse cinglante à la morosité actuelle !
  • 19H45 : Osm’oZ (http://www.myspace.com/grposmoz
    Groupe Osm’oZ
    : Style : pop / ambiant – Clermont
    Descriptif : Né en 1996, Osm’oz aborde sa crise d’adolescence et se soucie
    toujours autant des modes et des formats pour accompagner ses textes soignés,
    en français. Le groupe poursuit donc son chemin et vous propose de partager
    avec vous son «atmosphère » au cours de quelques «ballades ambiantes», pour
    un voyage tantôt «planant» et «énergique»…

  • 21H30 : The Overstone (http://www.myspace.com/theoverstonemusic
    Groupe The Overstone : Style : rock / alternatif – Amiens
    Descriptif : The Over stone, composé de Julien, Sam, Romain et Tuan, mélange
    tous les styles de rock confondus, en passant par le rock des années 60,
    le rock actuel, un zeste de rock psychédélique mais aussi de Pop. The Overstone
    offre un son unique et efficace dans le but de partager de la bonne musique et
    des bons moments sur scène. Que du plaisir pour les oreilles !

  • 22H45 : Moonwrath http://www.myspace.com/moonwrath
    Groupe Moonwrath

    Style : métal / symphonique – Amiens
    Descriptif : Groupe Moonwrath délivre depuis 2006 un métal puissant mêlant de
    nombreuses influences, parfois folk, black, symphonique ou même néo-classique.
    Cette alchimie en constante évolution crée une musique qui saura convaincre
    même les plus allergiques aux styles extrêmes. Directement issus de la vague
    de métal scandinave, et inspirés pas des groupes tels que Ensiferum, Dimmu Borgir
    ou encore Children of Bodom, les cinq membres de Moonwrath donneront sur scène
    tout ce qu’ils ont pour vous communiquer leur énergie débordante, et vous faire
    vibrer en même temps que leur musique implacable.


MINUIT

  • Speed Science http://www.myspace.com/speedscience
    Groupe Speed Science
    : Style : métal / trash – Amiens
    Descriptif : Cette formation picarde a vu le jour il y a 7 ans, et n’a cesser
    d’évoluer, pour enfin se stabiliser en 2009 et pouvoir prendre le chemin de la
    scène Métal française. Un peu a contre courant des standards métal actuels,
    le groupe Speed Science puise son inspiration dans les sonorités dynamiques
    trash / heavy des années 90, tout en utilisant des samples actuels typés
    indus / électro.


Plateau Jazz – Rue Frédéric Petit

  • 18h00 JAZZ’S LIFE – Latino Jazz Symphonic (CHAM College)
  • 19h00 AFTER DAWN – Pop, Rock, Reggae (élèves du CRR)
  • 20h00 D.S.C. – Hip Hop, Reggae, Rock, Jazz (anciens élèves du CRR et élèves des centres de quartiers)
  • 21h00 IFFI – Rock progressif (élèves et anciens élèves du CRR)
  • 22h30 ENDOGENE – Dub (élèves et anciens élèves du CRR)


Programmation du plateau Rues de Beauvais-Duméril

(Mis en place par les commerçants)

  • 20H00 Chloé & Juliette : Folk
  • 20H45 Oregon: Rock/ Cold Wave
  • 21H30 Milk : Punk Rock
  • 22H30 Papillons Noirs : Chanson

Française

  • 23H30 A Poil ! Reggae Punk
  • 00H15 French kiss : Blues

Dans l’ensemble ce sont des formations amiénoises (sauf « French Kiss », qui néanmoins travaille avec un label amiénois)


Toutes ces animations présagent
de bons moments festifs et conviviaux.

Bon amusement pour cette soirée de fête !

Share Button
We cannot display this gallery