Archives de catégorie : Jeunesse

Amiens perd ses habitants….

Amiens n’est pas une ville attractive. Le dernier recensement de l’INSEE constate qu’Amiens a perdu des habitants entre 2010 et 2015(-0,1%); au profit des communes périurbaines.

Amiens compte, en 2015, 132.874 habitants soit -0,1%, par rapport à 2010. Les communes périurbaines de moins de 2000 habitants en gagnent, au point qu’elles représentent presque la moitié des 571.879 habitants de la Somme.
C’est ce qu’on appelle une urbanisation en tâche d’huile. Celle ci implique des trajets pendulaires des Amiénois qui travaillent à Amiens et l’appel à des infrastuctures adaptées: allongement des trajets de bus, crêches,écoles, services de police et d’incendie, maison de retraite, école de proximité….
Dans le même temps, les centres ville se desertifient. Les Municipalités tentent y remédier en jouant sur le stationnement gratuit,en surface où en parking souterrain, sur le prix des transports collectifs, sur la localisation des lieux de culture et d’Enseignement… Continuer la lecture de Amiens perd ses habitants….

Share Button

Chalet de Noël: L’UNICEF hors des voies de passage

La Municipalité s’enogueillit d’être une ville »Ami des enfants »(label qu’elle a obtenu lors du mandat précédent) et d’avoir été choisie comme « Capitale Européenne de la Jeunesse », en 2020.

Certes. Mais alors, pourquoi le chalet de Noël de l’UNICEF, se trouve relégué place René Goblet, face à la statue du Général Leclerc et au sapin de Noêl, en dehors du passage principal des chalands, qui vont directement de la rue des 3 cailloux à la rue de Noyon, sans faite de détours par la place?

C’est vraiment pénaliser une organisation humanitaire mondiale , dont l’argent récolté sert aux enfants en détresse du Monde.C’est déjuger une prise de position municipale affichée, d’être aux côtés des enfants d’Amiens et de tous pays. C’est privilégier le secteur marchand par rapport au secteur social et solidaire.

Bien sûr, le chalet nous est offert par la Municipalité. Nous les remerçions, pour ce geste. Mais faut-il pénaliser, pour autant, une association dont les ressources, au niveau de la Somme, dépendent autant des ventes du chalet de Noêl qui, si elles chutent à cause de l’emplacement, seront au détriment, non seulement des enfants de la Ville, du Département, mais aussi de ceux du Monde entier.

Jean-françois Liquier

Share Button

Mineurs, sans toit, ignorés de la loi

Plusieurs organisations caritatives, dont la Cimade, RESF, et RSA(Réseau Solidaire Amiénois), l’UNICEF Somme…. se sont regroupées devant les services départementaux de l’aide à l’enfance pour dénoncer l’inertie des pouvoirs publics vis à vis des jeunes mineures migrants, qui dorment dans la rue, faute de place dans les centres d’hébergement.
Un Cas, pour illustrer: un jeune mineur accompagné par un membre de RESF s’est rendu dernièrement à l’Aide Sociale à l’Enfance(ASE), du Conseil départemental de la Somme. Les services ont mis fortement en doute l’authenticité de la copie du passeport que le jeune présentait et son âge réel. Ils ont refusé d’instruire son dossier et l’ont remercié. Le militant de RESF l’a conduit, alors, au Commissariat central, qui l’a pris en charge, et logé dans un centre, en dehors d’Amiens.

Combien sont-ils dans ce cas?

Mr Laurent Saumon, Psdt du Conseil Départemental, sollicité, n’a pas souhaité nous recevoir

Share Button

Manifestation CGT-FO contre la loi travail à Amiens

De 2000 à 3000 personnes ont défilé ,ce jour, mardi 12 Septembre2017, contre la loi travail. Beaucoup de militants CGT-FO, mais pas seulement: des militants communistes, socialistes, France insoumises étaient au coude à coude pour dénoncer la politique de droite d’Emmanuel Macron et ses conséquences désastreuses pour le peuple français, dont, pourtant il se réclame. Qu’on en juge: loi travail, baisse de l’I.S.F pour les plus fortunés, baisse de allocations-logement, augmentation de la C.S.G pour les retraîtés….la liste est longue et risque encore de s’allonger tant le Président de la République veut faire rentrer le déficit français sous la barre des 3% du PNB et, faute de vouloir s’attaquer aux puissants et plus fortunés de l’héxagone, il prélève là où c’est le plus facile pour lui: les classes laborieuses et moyennes. Le peuple de France ne se laissera pas faire. Les bobos du Touquet ne lui dicteront pas sa ligne de conduite. Ce sont des siècles de lutte que le gouvernement est en train de détricoter. De plus, les électeurs ne lui ont jamais donne mandat pour une telle régression sociale.

Notre lutte est juste: continuons le combat!
Jean-françois Liquier

Share Button

« Les jeunes et la politique », Vendredi 20 Mai, avec Benjamin Lucas

ScreenShot001

Share Button