Archives de catégorie : Economie

Municipales 2020, dans trois ans: préparons nous!

Brigitte Fouré, Alain Gest et leur équipe exercent les responsabilités municipales et métropolitaines depuis bientôt 3 ans.
Attentifs à leur communication, ces élus ont bien entendu commandé à leurs services un bilan à mi-mandat pour le diffuser aux Amiénois. Si ce travail est bel et bien lancé, les journalistes locaux ne manqueront pas d’en faire écho et d’interroger à ce propos les acteurs locaux et l’opposition municipale.
 
Citoyens engagé-e-s dans divers collectifs, associations, syndicats, organisations politiques, nous avons envie d’échanger, de réfléchir, de militer, de nous organiser ensemble afin de développer un travail collectif et citoyen à Amiens, exercer notre regard critique et être force de propositions.
 
Dans un premier temps, nous proposons d’évaluer l’action municipale et métropolitaine et d’établir ensemble le bilan de la municipalité actuelle à mi-mandat. Continuer la lecture de Municipales 2020, dans trois ans: préparons nous!

Share Button

32 heures de travail par semaine : pourquoi pas ?

32 heures hebdomadaires  pourquoi pasPartout en Europe, les partis traditionnels sont en recul par rapport à l’extrême droite, dans les pays du Nord, ou à l’extrême gauche, dans ceux du Sud. L’exemple de l’Autriche est, à cet égard, significatif : le candidat aux élections présidentielles dans ce pays, l’écologiste Alexander Van der Bellen, a obtenu une très courte victoire, distançant son challenger d’extrême droite, Norbert Hofer, de seulement 0,6 point.

Les peuples ne font plus confiance aux partis politiques installés depuis la fin de la 2ème guerre mondiale. Les électeurs déclarent de plus en plus librement que la gauche et la droite, pour eux, c’est pareil. Le chômage ne se résorbe pas. La crise perdure. Les inégalités s’accroissent. Ils se réfugient dans l’abstention ou le vote pour les partis extrêmes.

En France, notre parti qui est au pouvoir fait l’objet de vives critiques. La plus fréquente est celle qui dénonce l’absence des valeurs de gauche dans la politique suivie par le gouvernement.

Justement. Puisque la politique de l’offre mise en œuvre par le Gouvernement Valls, au travers du « Pacte de responsabilité et de Solidarité » et le C.I.C.E, ont partiellement échoué, puisque nous sommes très loin du million d’emplois promis par le MEDEF. Continuer la lecture de 32 heures de travail par semaine : pourquoi pas ?

Share Button

Martine Aubry: »Trop, c’est trop »

Plusieurs personnalités de gauche, parmi lesquelles Martine Aubry, signent un réquisitoire contre la politique menée par François Hollande et Manuel Valls qui risque selon elles d’entraîner un « affaiblissement durable de la France ».

Il est des vérités désagréables à dire, mais il est des moments où il faut savoir les mettre en pleine lumière. Trop, c’est trop ! Les motifs d’insatisfaction sur les politiques menées depuis 2012 n’ont pas manqué, et nous-mêmes, comme d’autres, n’avons pas manqué d’alerter. Depuis quelques mois, ces désaccords se sont mués en une grande inquiétude. La colère populaire s’est confirmée sans appel par quatre défaites électorales successives. Ce n’est plus simplement l’échec du quinquennat qui se profile, mais un affaiblissement durable de la France qui se prépare, et bien évidemment de la gauche, s’il n’est pas mis un coup d’arrêt à la chute dans laquelle nous sommes entraînés.
Bien sûr, nous n’oublions pas les succès de la COP21, la priorité donnée à la lutte contre les inégalités à l’école, les avancées de la loi santé. Mais, à côté de cela, que de reculs !
La gauche avait déjà assisté, incrédule, en janvier 2014, au pacte avec le Medef qui se révéla un marché de dupes. Nos mises en garde avaient alors été ignorées. Nous aurions aimé nous tromper. Malheureusement, de l’aveu du premier ministre lui-même, la réalité, tellement prévisible, est là : un million d’emplois promis, quelques dizaines de milliers tout au plus effectivement créés. Bien sûr, il fallait aider à la reconquête de la compétitivité de nos entreprises, mais pour cela il eût fallu cibler les aides sur celles exposées à la concurrence internationale et les lier à des contreparties précises.

Continuer la lecture de Martine Aubry: »Trop, c’est trop »

Share Button

Une nouvelle chimère : le « plan Junker » !, JJ Chavigné

Ceux qui avaient aimé le « pacte de croissance » de 120 milliards d’euro de François Hollande en 2012 vont adorer le « plan Juncker ». Ce « plan de relance européen » du nom du président de la Commission européenne, est bâti des mêmes ingrédients. Il a toutes les chances de connaître le même avenir et de disparaître, lui-aussi, sans laisser de traces.

Les trois sommets européens

Après les élections européennes, les dirigeants européens avaient annoncés, à grands coups de trompettes, la tenue de trois sommets européens qui devaient permettre de « relancer la croissance et l’emploi » dans l’Union européenne.

Le premier de ces sommets s’est tenu à Rome, à la demande de Matteo Renzi, en septembre dernier. Son objectif était de s’attaquer au chômage des jeunes. Il n’en est rien sorti et rares sont ceux qui, à peine trois mois après, se souviennent même que ce « sommet » ait eut lieu. Exactement comme avaient été, aussitôt, oubliées les mesures « contre le chômage des jeunes », annoncées, le 28 mai 2013, par François Hollande et Angela Merkel.

Le deuxième sommet s’est déroulé, en marge du conseil européen, des 23 et 24 octobre. Il était spécifique aux 17 pays de la zone euro et devait permettre d’ouvrir le débat sur la « flexibilité » des règles du pacte budgétaire européen. Là encore, qui se rappelle encore de ce « sommet », pourtant annoncé comme historique ? Le Conseil des ministres français du 29 octobre se contentait d’affirmer : «  Le sommet de la zone euro, qui s’est tenu après le Conseil européen, a pour sa part souligné le besoin de coordonner plus étroitement les politiques économiques pour assurer le bon fonctionnement de l’Union économique et monétaire[1]» Une belle épitaphe !

Le troisième sommet, les 13 et 14 décembre 2014, devra décider Continuer la lecture de Une nouvelle chimère : le « plan Junker » !, JJ Chavigné

Share Button

Pour un mandat présidentiel de 7 ans

Par Jean-françois Liquier

 

        Le PS est en mauvaise posture. La montée inexorable du chômage, les objectifs non atteints de réduction des déficits, le premier gouvernement Valls, puis le second, 120 jours après, avec la démission de Montebourg et Hamon, les « affaires » avecc Thomas Thevenoud qui « oublie » de déclarer ses impots, Valérie Trierweiler, qui plante un poignard dans le dos de François Hollande après avoir fusillé par un « tweet » son ex-épouse Ségolène Royal, voilà qui fait les délices des médias et qui incite l’opposition de droite à réclamer la dissolution du Parlement et , même, la démission de François Hollande.

Bigre ! Ils n’y vont pas de main morte ! Nous reconnaissons bien la droite qui ne se console pas d’avoir perdu le pouvoir, persuadés qu’ils sont d’être les seuls légitimes à pouvoir l’exercer. Continuer la lecture de Pour un mandat présidentiel de 7 ans

Share Button