Archives de catégorie : Déplacement

Paris-Londres, en T.G.V, par Amiens, en 2heures 30, c’est fini !

Le rapport du Conseil d’orientation des infrastructures a officiellement recommandé l’abandon de l’électrification de la section ferroviaire Amiens-Rang-du-Fliers.

Cette nouvelle est passée inaperçue…Le Courrier Picard, même, qui s’en est fait l’écho le 11 Février 2018 dernier, ne fait pas état des véritables enjeux de cette modernisation ferroviaire.

Il y est question des 83 KM à électrifier entre Amiens et Rang-du-Fliers pour un coût de 222 millions d’€, que l’Etat ne veut pas débourser. Et, aussi des 10 rames bi-modes (diesel et électrique) que Bernard Cazeneuve, en 2017, avait promises pour remédier à l’humiliant changement de motrices, à Amiens, afin de passer de l’électrique au diesel (8 minutes).

Et pourtant ! Qui se souvient du projet de faire passer une L.G.V (Ligne à grande vitesse) par Amiens, venant de Paris et allant à Calais ? Qui se souvient que ce TGV devait mettre Londres à 2h30 de Paris et concurrencer l’avion, en permettant aux Londoniens et Parisiens d’aller de centre ville à centre ville ? Qui se souvient que l’ancien Conseil Régional du Nord Pas de Calais a réalisé la mise aux normes des voies Rang- du –Fliers- Calais pour pouvoir équiper facilement en caténaires les futures lignes à électrifier ?

On peut, certes, se féliciter que la Région Hauts de France ait voté la poursuite des études de ce projet, mais elle a signifié, également, qu’elle ne ferait rien au-delà, sans l’appui de Réseaux Ferrés de France et de l’Etat.

Alors, on peut se poser une question. Continuer la lecture de Paris-Londres, en T.G.V, par Amiens, en 2heures 30, c’est fini !

Share Button

Les bus Irizar équiperont le projet B.H.N.S

Alain Gest a annoncé, le 24 Octobre dernier, que 43 Bus Irizar équiperont,dans un premiertemps,trois des quatre lignes des Bus à haut niveau de service(B.H.N.S) de la Ville d’Amiens, pour un budget de 30 millions d’€( sur les 122 millions prévus pour la totalité du projet B.H.N.S). Irizar a été préféré au chinois BYD, au belge Van Hool, et surtout, au Français Heuliez.

Qui a dit qu’il fallait choisir du materiel français pour conforter la croissance et réduire la chômage? Le Français Heuliez était-il si loin du cahier des charges pour qu’un Espagnol lui soit préféré? Les Amiénois sont choqués devant ce choix, qui défavorise l’emploi local et externalise un commande qui aurait bien été acceuillie par les ouvriers de l’héxagone.

Et puis ces 30 millions seront-ils tenus? Pour avoir été pendant 6 ans, membre de la commission d’appel d’offre de la metropole, je sais que certaines entreprises minorent les coûts pour, ensuite, présenter des avenants à la hausse, prétextant des surcoûts qui n’avaient pas été prévus. Continuer la lecture de Les bus Irizar équiperont le projet B.H.N.S

Share Button

Les embarras d’Amiens

La ville d’Amiens est pleine de travaux, qui desorientent les habitants, les obligeant à faire de nombreux détours pour arriver à leur destination.

Y-a-t’il des panneaux explicatifs sur la nature des travaux entrepris ? Les amiénois savent-ils que c’est pour le B.H.N.S (Bus à Haut Niveau de Service) ?

Les tranchées, rus Alexandre Dumas ? Sont-ce pour le réseau de chaleur, pour la fibre optique ?

Tout se passe comme si les citoyens n’avaient pas à savoir ce qui embarrasse leur rue.
Et les commerçants ? rue de la 2ème DB, du Général Leclerc, Delattre de Tassigny, ils n’ont que leurs yeux pour pleurer. Auront-ils une subvention d’exploitation à la hauteur de leur perte de clientèle ? Le bruit, la poussière a-t-il un prix ? Continuer la lecture de Les embarras d’Amiens

Share Button

Le stationnement des voitures à la citadelle

La citadelle Octobre 2015La Municipalité communique beaucoup sur l’absence de stationnement voitures pour les étudiants de la future université de la Citadelle. « Personne ne s’est préoccupé de ce problème jusqu’à aujourd’hui », fulmine Alain Gest,visant l’ancienne Municipalité de Gilles Demailly. Il manquerait 880 places de stationnement, selon lui, ne serait-ce que pour les personnels de l’Université.

Dont acte. Mr Alain Gest, ce n’est pas un oubli…. Continuer la lecture de Le stationnement des voitures à la citadelle

Share Button

Le tram créera t’il de l’emploi local ?

DSC02195            Ce n’est pas un hasard si la dernière conférence de presse de Thierry Bonté,  avant le premier tour des municipales d’Amiens, s’est tenue dans les locaux de l’entreprise FAIVELEY, sur la Zone Industrielle Nord. Celle-ci est en effet un leader mondial des systèmes de freinage de matériel ferroviaire, implantée dans 26 pays, dont la République Fédérale Allemande. Elle a équipé plus de 2000 rames de tramway dans le monde.

        Le tram créera t’il des emplois et si oui, combien ?

Thierry Bonté(T.B) : le tram créera de 1500 à 2000 emplois, dans les bureaux d’étude, le B.T.P, la construction de logements, l’aménagement urbain…

Seront-ce des emplois locaux ?

T.B : Dans les appels d’offre de la ville, nous fragmenterons les lots pour que ceux-ci soient accessibles à des PME, notamment picardes.

Guillaume Lucas (Directeur de Faiveley-Amiens) : nous créerons 7 emplois, si le tram d’Amiens se fait. Par ailleurs, nous sommes optimistes pour l’avenir car un tram construit en appelle un autre. C’est le cas dans beaucoup de villes déjà équipées.

T.B : nous implanterons un centre de maintenance dans le sud d’Amiens. Il générera des emplois de remise à niveau du matériel ferroviaire et, par ailleurs, nous proposerons des emplois de conducteurs, très spécialisés. Des filières de formation sont déjà en place.

Le tracé du tram dans Amiens est-il définitif ?

T.B : Non. L’enquête publique qui se déroulera en 2015 pourra l’infléchir.

Le financement du tram est-il bouclé ?

T.B : Nous attendons le financement de l’Etat (30 millions) qui est très favorable à notre projet, depuis notre association avec Caen pour la commande de matériel. Les autres sources de financement sont le Versement Transport(V.T) des entreprises (35 millions), les subventions des collectivités locales et de l’Europe (20 millions) et l’emprunt auprès de la Caisse des Dépôts et Consignation(C.D.C), qui nous consentira un prêt à un taux exceptionnellement bas (1%). Pour finir, les 200 millions du tram sur 30 ans, c’est 2 à 3 millions par an de remboursement. C’est très supportable.

Share Button