Le socialisme de demain sera écologique ou ne sera pas

La démission de Nicolas Hulot a été un séisme politique, qui n’a pas fini de provoquer des répliques. Ce qui est en cause, c’est la capacité du politique à prendre en compte les enjeux environnementaux et au sérieux ceux qui les défendent, même si parmi ceux-ci, il y a un ministre, qui était, quand même, le troisième personnage du gouvernement.

Beaucoup de commentateurs ont pointé du doigt les « conseillers » du Prince, qui ont les yeux rivés sur la croissance, la progression du P.I.B, les chiffres de l’emploi et les élections à venir… et les « lobbys », qui défendent leurs propres intérêts,  au détriment de l’intérêt collectif. L’influence des uns et des autres n’est pas négligeable, mais, au-delà du questionnement qu’ils posent à la démocratie dans notre pays, ils sont tous au service d’un système qu’ils servent, même sans en avoir conscience : le capitalisme.

Nous ne changerons rien à l’existant, si nous continuons dans le monde occidental, à favoriser le système productiviste, qui est la cause première du dérèglement climatique.

Alors que faire ? Au niveau du Monde, il y a eu la COP 21, qui a obtenu quelques recommandations allant dans le bon sens, sans, cependant les assortir de sanctions ou de contraintes, en cas de leur non respect. Donald Trump tourne le dos à l’accord international obtenu à Paris.

Au niveau de l’Europe, rien, car il est très difficile de faire s’entendre 28 pays, ayant des projets différents et qui sont soumis aux mêmes lobbys qu’en France. La réduction des gaz à effet de serre a été approuvée par la COP 21, mais l’Allemagne, qui ne veut plus du nucléaire, pousse ses centrales à charbon, qui sont très polluantes.

C’est le monde de demain que nous construisons, celui de nos enfants et petits enfants. Nicolas Hulot, qui connait bien notre planète, a cru qu’il pouvait faite bouger les lignes, à lui tout seul .On sait ce qu’il en est advenu. C’est l’ensemble des citoyens qui doivent prendre le relais. En France et dans les 28 pays d’Europe.

Les élections européennes de 2018 peuvent donne l’occasion à notre parti de présenter un programme fort en matière environnementale .Je forme le vœu que nos dirigeants comprendront l’importance de l’enjeu.

Jean- françois Liquier

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.