Amiens perd ses habitants….

Amiens n’est pas une ville attractive. Le dernier recensement de l’INSEE constate qu’Amiens a perdu des habitants entre 2010 et 2015(-0,1%); au profit des communes périurbaines.

Amiens compte, en 2015, 132.874 habitants soit -0,1%, par rapport à 2010. Les communes périurbaines de moins de 2000 habitants en gagnent, au point qu’elles représentent presque la moitié des 571.879 habitants de la Somme.
C’est ce qu’on appelle une urbanisation en tâche d’huile. Celle ci implique des trajets pendulaires des Amiénois qui travaillent à Amiens et l’appel à des infrastuctures adaptées: allongement des trajets de bus, crêches,écoles, services de police et d’incendie, maison de retraite, école de proximité….
Dans le même temps, les centres ville se desertifient. Les Municipalités tentent y remédier en jouant sur le stationnement gratuit,en surface où en parking souterrain, sur le prix des transports collectifs, sur la localisation des lieux de culture et d’Enseignement…

Que fait la Mairie pour enrayer ce phénomène, qui allourdit les finances locales de la Ville et de l’Agglomération?
Elle pourrait argumenter: nous ne sommes pas les seules. Beaucoup de Villes connaissent le même phénomène, comme Abbeville et Péronne, près de nous.
Mais ce déclin n’est pas inéductable.Une Ville comme Rennes, en plein milieu rural Breton connait une progression de sa population depuis plusieurs décénies.
Il faut une volonté politique forte, qui fait défaut au niveau de l’équipe Municipale actuelle.
Une volonté, qui proposerait une politique d’incitation aux installations d’Entreprises(pour l’emploi), de développement des lieux d’education(pour la formation), de culture(pour les loisirs), d’investissements privés et publics( pour le logement), de santé( pour les soins)….
Au lieu de tout cela, La Municipalité accompagne les fermetures d’usines(Goodyear, Whirlpool), réduit les aides sociales, transforme le projet de Tramway, en BNHS avec son cortège de bouchons dans la ville, est absente du projet du barreau Creil-Roissy et du Canal Seine-Nord…

Il y a plus de départs de la Ville d’Amiens que de rentrées. Le solde migratoir est négatif.
Pourquoi? Parce que la Ville d’Amiens n’est pas attractive pour les jeunes actifs qui voudraient s’y installer durablement. Et ce n’est pas parce que Macron y a fait ses études, que leur décision changera!

Amiens ronronne entre betteraves et pommes de terre.
Jean-françois Liquier.

Share Button

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.